13427 poèmes métaphysiques

À propos

Au commencement du métaphysique, Julien Blaine naît sur les rives - alors nettes - de l'étang de Berre. Sa voix ne le quittera plus. Il crée 9 revues, collabore à une centaine, institue Dock(s) International. 44 ans de cette fréquentation poétique, lui imposent une expression nouvelle et fondamentale : le poème métaphysique. Métaphysique, car au-delà de l'évidence plate et forme appelée à être - à la poésie élémentaire - ce que le sonnet est à la classique. 13 427 poèmes métaphysiques est le chiffre ultime et plein de cette recherche, première à ouvrir « Le Dit », collection poétique et théâtrale des Éditeurs Évidant (nous évidons).


  • Auteur(s)

    Julien Blaine

  • Éditeur

    FeniXX réédition numérique (Editeurs évidant)

  • Distributeur

    ePagine

  • Date de parution

    15/06/2016

  • Collection

    Le Dit

  • EAN

    9782402394321

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    352 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Poids

    82 135 Ko

  • Diffuseur

    FeniXX 2

  • Entrepôt

    Eden Livres

  • Support principal

    ebook (pdf)

  • Version ePub

Aucune information sur l'accessibilité n'est disponible

Julien Blaine

  • Pays : France
  • Langue : Francais

Julien BLAINE est né en 1942 à Rognac (Bouches-du-Rhône), sous le patronyme Christian Poitevin. Après avoir créé sa première revue à l'âge de 20 ans, il se lance dans la performance et la poésie action. Il a fondé la revue internationale Dock(s), une des plus novatrices de la poésie francophone contemporaine. Pendant Plus de 30 ans, cette revue a présenté un carrefour des différentes expériences d'écriture poétique. Parmi les dernières publications de l'auteur : Poëmes vulgos (Al Dante, 2008), Mo(u)llard (Plaine Page, 2009), Mais 2009 et Eastern (Dernier Télégramme, 2010 et 2012) ; présence dans les anthologies Les Voix du poème (Bruno Doucey, 2013) et Art Blakey, roots & herbs (Alter Ego, 2013).

empty