Benoit Fourchard

  • Est-ce que t'aimes les surprises ?


    La voix rauque. Juste derrière.


    Euh...


    Alors suis-moi.


    1986. Les étudiants en colère, les AG en amphi, les manifs dans la rue, Paris, Paco, Tiffany. Tiffany... Trente ans ont passé, et Anne n'a rien oublié.

  • Pour séduire l'élue de son cœur, Henri, un garçon très timide part à la recherche du propriétaire d'un mystérieux chapeau dans un pays imaginaire...
    Un conte onirique plein de tendresse, de poésie et d'étrangeté.

  • Humeurs

    Benoit Fourchard

    À l'instar de l'héroïne de Polenta-vodka, qui expérimente des recettes « à la recherche de saveurs nouvelles et de sensations inédites », Benoît Fourchard nous a mijoté un alléchant recueil, au bouquet généreux et dans lequel se reconnaissent tendresse de l'enfance, coup de théâtre, ironie du sort, nostalgie poignante, fantaisie légère, amour fou, gouaille désinvolte, et tant d'autres émotions, passions, déraisons, subtilement distillées au gré de... ses Humeurs.
    Parmi ces onze textes, plusieurs ont fait l'objet d'adaptation théâtrale, de mise en voix ou d'une première édition. Écrit pour le théâtre (et formant avec Cette chère Simone un dyptique, mis en scène avec la compagnie Les Fruits du Hasard en 2016), Quarante-huit fois est d'abord paru dans Le Cafard hérétique n° 9 (oct. 2017) avant d'être sélectionné par Outlier pour le recueil des 10 meilleures nouvelles 2018.

  • Un homme et une femme sont assis dans la salle d'attente d'un médecin, spécialiste des « maladies pittoresques ». Ils se toisent, se jaugent, s'évaluent, tentent de s'approcher, se racontent, inventent leur vie, oscillent sans cesse entre mensonge et illusion jusqu'à parvenir à leur propre vérité.
    Grâce à une langue qui joue sur l'ambiguïté et la dérision, Benoît Fourchard entraîne ses personnages vers une situation à la lisière de l'absurde, de laquelle pourtant va naître un amour... pittoresque.

    Auteur de pièces pour les adultes et la jeunesse dont un grand nombre a fait l'objet de création, Benoît Fourchard écrit aussi des nouvelles et des romans. Il est par ailleurs metteur en scène et comédien.

  • Quand j'étais petite, personne ne voulait jouer avec moi, on disait que j'étais bizarre, on avait peur quand je faisais causer les poupées sans ouvrir la bouche, on m'évitait. On racontait que je n'étais pas normale.
    Et surtout on détestait mes cheveux bleus.
    Des cheveux de sorcière.
    Tristan, lui, il les aimait. Le ciel et la mer réunis sur ta tête il me disait.
    Un jour, de grandes ombres noires sont apparues. Et Tristan s'est volatilisé.
    Je ne l'ai plus jamais revu.
    Depuis, sur ma roulotte, j'erre de ville en villages. Sans destination. Au hasard des rencontres.
    Avec mon cheval et mon chat.

  • Polanta-Vodka, un monologue gustatif où s'associent épices, épidermes et géographie. Au gré des recettes et des rencontres, on voyage, on explore des contrées inconnues, on découvre des sensations inédites. Et on ose des mélanges audacieux...

    En 2004, une première version de ce texte a fait l'objet d'un spectacle en appartement, interprété par Emmanuelle Tonnerieux.

  • « Cette photo a été réalisée le jour du centenaire de la Mémère Kapo. Moi, je suis là. Sur cette image je les ai tous retrouvés. Triés identifiés répertoriés. Tous. Mais cette fillette, là, juste à côté de moi, rien. Je ne sais pas qui elle est ni ce qu'elle fait là. Une inconnue. Une égarée. Pour en savoir plus, avais-je donc un autre choix que de venir consulter cette Madame Zarragoza, voyante spécialisée dans la recherche de proches disparus ?... »

    Une première version de ce texte a été créée en 2005. Le spectacle, mis en scène par Coco Bernardis, interprété par Véronique Mangenot et produit par la compagnie Les Fruits du Hasard, était destiné à des représentations en appartement.

  • Dans l'atelier du sculpteur Alberto Giacometti, Diego son frère et Annette sa femme, ses deux fervents modèles, attendent le maître. Se chamaillant parfois comme des enfants, ils se disputent le territoire d'Alberto. Dans l'ombre, Diego prépare le travail de son frère alors qu'Annette prend la pose. Entre ses mains, un objet invisible. Qui devient ce qu'elle veut. Ce que nous voulons. C'est grâce à cet objet invisible qu'elle veut aider Alberto à trouver la « ressemblance absolue ». Celle qu'il s'obstine à poursuivre depuis toujours.
    Une sorte d'entente secrète va alors unir Diego et Annette. Et dépasser leur rivalité...

    « L'objet invisible » est une sculpture réalisée par Alberto Giacometti en 1934.

    Pièce créée en 2008 par la compagnie Virevolte, mise en scène Hélène Hoffmann, musique Franck Normand, avec Berangère Mehl et José-Antonio Pereira.

  • La première fois : un moment unique de notre vie. Passage obligé, rituel, adieu à l'enfance, souvenir précis ou impression floue, pathétique, merveilleux ou fondateur, chaque première fois est singulière. C'est, pour certains, la seconde précise où l'on devient adulte. Où l'on croit devenir adulte. Où plus rien ne sera plus jamais comme avant. Et si l'acte ne dure que quelques secondes, il est aussi varié que l'être humain lui-même : attente, lieux, circonstances, époque, sentiments, espoir, déception, nécessité, conséquences, séquelles.
    S'appuyant sur de véritables témoignages, « Dans la cour des grands » raconte ce premier émoi, sous la houlette d'une animatrice qui n'hésite pas à tirer les vers du nez de chacun de ces quinze garçons...

  • Béchamel et Amédée est une pièce pour 3 acteurs d'une durée moyenne de 50 minutes, idéale pour les enfants de CE2 et CM. Téléchargement au format PDF compatible pour MAC et PC.
    Cette pièce est tirée de l'ouvrage collectif sous la direction de
    Christian Lamblin,
    Pièces drôles pour les enfants T. 1 (7/11 ans).
    Les enfants adorent jouer.
    Le théâtre est aussi un jeu, mais qui répond à un certain nombre de règles. On s'y amuse, mais dans la concentration et la rigueur ; on y apprend la maîtrise de soi et la maîtrise du langage. Il constitue par là même un excellent outil pédagogique pour la classe.
    Les pièces drôles proposées dans cet ouvrage sont l'occasion, pour les enseignants et les animateurs, de faire découvrir aux enfants qu'il est possible de rire tout en s'imposant un cadre de travail.
    Présentation de la pièce Amédée, jeune artiste de cirque au chômage, rencontre Béchamel, jeune cuisinière, qui vient de perdre son emploi. Tous unissent leurs rêves pour imaginer des numéros de cirque qui, plus tard, les rendront célèbres dans le monde entier.
    Nombre d'acteurs : 3 ou +
    Durée moyenne : 50 minutes
    Niveau : 8-11 ans
    Important Ce PDF ne comporte pas de dispositif de cryptage limitant son utilisation, mais il est identifié par un tatouage permettant d'assurer sa traçabilité.

  • L'étrange professeur Cumulo-Stradivarius est une pièce de théâtre pour 5 acteurs pour des élèves de CE2, d'une durée de 15 minutes. Téléchargement au format PDF compatible pour MAC et PC. Cette pièce est tirée de l'ouvrage
    20 pièces à jouer - Tome 1 (7-13 ans) sous la direction de
    Christian Lamblin.
    Un livre-ressources pour tous ceux qui font du théâtre avec les enfants !
    Parce qu'il rassemble des auteurs d'inspirations très variées et qu'il présente plusieurs genres de pièces de théâtre, ce recueil offre un choix de spectacles à monter, dans des registres très différents (comédie, drame, fiction), pour répondre aux sensibilités diverses des enfants.
    Présentation de la pièce Pendant que le professeur somnole, ses automates s'animent et se plaignent. Ils aimeraient tant connaître la vraie vie au lieu de passer leur temps à répéter les mêmes phrases et gestes !
    Nombre d'acteurs : 5
    Durée moyenne : 15 minutes
    Niveau : 8 ans
    Important Ce PDF ne comporte pas de dispositif de cryptage limitant son utilisation, mais il est identifié par un tatouage permettant d'assurer sa traçabilité.

  • Les nouveaux : Michel A. Chappuis, Benoît Fourchard, Jérémie Lefebvre, Thibault Marthouret, Rafael Sperling (traduit du brésilien par Stéphane Chao)





    Les récidivistes : Antonin Crenn, Sandra Bechtel, Julien Boutreux, Alexandre Nicolas, Raymond Penblanc, Jean-Pierre de Sélys, Jean-Marc Sire, Ève Vila





    Éditeurs à l'honneur : La Renverse & L'il ébloui






    Édito :



    Le Cafard hérétique pousse le bouchon un peu loin. Revue d'expression littéraire déclarée, sans sujet ni genre de prédilection, sans même un thème autour duquel rallier les talents, jeunes ou confirmés, proposant des textes en version originale (OK, la traduction française est donnée en vis-à-vis, mais quand même !) et le portrait de deux maisons d'édition indépendantes, dont l'une de poésie, essentiellement.


    Richement illustré (photos, dessins, tableaux), ce dernier numéro fait aussi la part belle aux textes longs. De moins en moins brouillon, de moins en moins trash, de plus en plus sélectif et soigné dans le verbe autant que dans la mise en forme, Le Cafard hérétique prend toujours aux tripes. Et c'est très bien comme ça.




    Photo de couverture + photos intérieures :


    lachaisetriste




    Illustrations intérieures : Michel Lascault





    Tableaux reproduits : Jean-Pierre de Sélys

  • Contributeurs et contributions :


    Sandra Bechtel // My [un]success story # (pp 18-30)
    Julien Boutreux // La voix du ciel (pp. 72-80) & poèmes (pp. 113-122)
    Jacques Cauda // Le pain de dolence (pp. 107-112)
    Angélique Condominas // poèmes (pp. 128-131)
    Réginald Cornier // Lettre à Inès (pp. 85-95)
    Benoît Fourchard // Peine de coeur (pp. 58-61)
    Julien Hertz // Snack (pp. 31-36)
    Vanessa Kientz // La réponse est rouge (pp. 5-13)
    Yan Kouton // poèmes (pp. 81-84)
    Denis Moreau // L'éternité selon monsieur Kloop (pp. 14-16)
    Flavien Néry // petites proses (pp. 62-69)
    Alexandre Nicolas // poèmes (pp. 50-55 + pp. 98-106)
    Romain Paris // Kif-Kif (feuilleton, pp. 123-127)
    Fabien Sanchez // Une amitié solaire (pp. 37-47)


    Éditeur invité :

    Poids Plume


    Photo de couverture et photos intérieures :

    Lachaisetriste

empty