Jeremy Laniel

  • La patience des arbres

    Jeremy Laniel

    • Onlit éditions
    • 17 Mars 2018

    « À moi s'imposait l'idée qu'entre tous les commerces, tous pouvaient fermer, sauf un. La jour-née où les bombes et les balles feraient fermer les librairies, nous aurions perdu. À onze heures, comme l'indiquait l'horaire sur la porte, nous avons ouvert le grillage et déverrouillé la porte. Et nous avons attendu. »
    Le 21 mars 2016, Jérémy Laniel, libraire québé-cois, vient passer quelques jours à Bruxelles. Le lendemain matin, plusieurs attentats terroristes frappent la ville. Le bilan est dramatique : 32 morts et 340 blessés. Ces tragiques événements lui ont inspiré ce texte fort. Contre la terreur, il célèbre l'importance du livre et de ses passeurs : les libraires.
    Jérémy Laniel est libraire, critique et coordinateur éditorial de la revue Lettres québécoises. En plus de pouvoir le lire dans diverses publications culturelles, on peut aussi l'entendre à différentes émissions de radio, dont La librairie francophone.

  • Pour son 150e numéro, Moebius se place sous le signe de la persistance. Premièrement celle tatouée sur le dos de l'artiste visuel Mathieu Beauséjour, qui orne crânement la page couverture. Deuxièmement celle d'un pari : un périodique littéraire qui dure. La résistance, le fait de poursuivre et de perpétuer, c'est ce que revendique Catherine Cormier-Larose, qui pilote ce numéro foisonnant : des auteurs de partout; dix-sept textes, dont beaucoup de poésie. La poésie d'Érika Soucy, de Laetitia Beaumel ou d'Évelyne Gagnon, accompagnée de textes caustiques signés Gabrielle Lebeau ou Jonathan Lafleur. Ce florilège de textes courts et variés est complété par une lettre ouverte de Julie Bosman, adressée à l'écrivain Philippe Haeck. Moebius agit à la fois en tant que lieu de rencontre et aussi en tant que laboratoire de toute la création à venir, parce que « la contemporanéité de la persistance sonne chaque fois comme un acte de rébellion ».

  • Pour son numéro d'automne, Lettres québécoises a de nouveau confié la réalisation des photographies de l'auteur à la une à Sandra Lachance qui a immortalisé Audrée Wilhemy. En plus d'une critique de son plus récent roman Le corps des bêtes et un riche portrait de l'auteure à qui l'on doit aussi Oss et Les sangs, Lettres québécoises propose un dossier sur le renouveau des librairies indépendantes. Chantal Guy y donne la parole à une nouvelle génération de libraires optimistes et dévoués. Retrouvez aussi au sommaire de nombreuses critiques d'ouvrages et une bande dessinée de Jeunauteur en plus de la section « Création » inaugurée le printemps dernier. Dans cette dernière, lisez une nouvelle de Chloé Savoie-Bernard, un poème de Marie-Andrée Gill et une lecture illustrée par Michel Hellman.

  • En couverture du numéro du printemps de Lettres québécoises pose l'écrivaine Marie-Claire Blais à qui le cahier principal est consacré. Vous y trouverez un autoportrait, le questionnaire LQ, un retour sur son oeuvre, des souvenirs partagés et la copie d'un article de la revue paru au printemps 1983, alors que Marie-Claire Blais venait de recevoir le prix David (aujourd'hui Athanase-David) pour l'ensemble de son oeuvre. Le cahier Critique suit, toujours aussi touffu. Puis, vient le Cahier Vie littéraire où vous retrouverez Jeunauteur, Éric Dupont discutant de traduction et une bande dessinée, fruit d'une collaboration avec la revue Planches, entre autres. Le cahier Création, lui, vous offre un poème de Jean-Christophe Réhel, une nouvelle de Kiev Renaud et une lecture illustrée de Je ne tiens à un fil, mais c'est un très bon fil de Sylvie Laliberté par Catherine Lepage.

  • Pour ses 40 ans, Lettres québécoises s'offre une maquette revampée, une équipe de direction renouvelée, une structure revue en profondeur, de nouveaux collaborateurs et plusieurs chroniques inédites. Ce numéro propose en couverture l'écrivaine Catherine Mavrikakis. Un dossier de huit pages avec des clichés de Sandra Lachance est consacré à l'auteure. Figure aussi au sommaire un dossier complet sur l'état de la critique au Québec signé par Maxime Catellier, Robert Lévesque et Catherine Voyer-Léger. Plus d'une trentaine d'ouvrages sont traités dans le cahier Critique, et nouveauté, le cahier Vie littéraire fait place à des réflexions, portraits, et chroniques par Jean-François Nadeau, Dominic Tardif et Ralph Elawani. Pour notre plaisir, Stéphane Dompierre et Pascal Girard font revivre leur personnage de Jeunauteur. Des textes inédits du poète Fernand Durepos, une nouvelle de Maxime Raymond Bock, et une lecture illustrée de Julie Delporte complètent le nouveau cahier Création.

  • En couverture du numéro d'automne de la revue Lettres québécoises, Serge Bouchard, l'homme de radio et l'essayiste dont l'ouvrage Les yeux tristes de mon camion lui a valu l'an dernier un Prix du Gouverneur général. « L'homme plaît : son savoir, son érudition, sa voix de conteur et de raconteur, son panache de coureur des routes et des chemins [...] » (Annabelle Moreau, éditorial). Lisez son autoportrait et le portrait que signe Jean-Philippe Pleau, sociologue et coanimateur avec Serge Bouchard de l'émission C'est fou. Le dossier qui suit est consacré à l'essai et à son utilité, son rôle, ses définitions, ses particularités éditoriales, sa réception. Trouvez aussi au sommaire une riche section critique, une rencontre avec la fondatrice des éditions Le laps, Marie-Douce St-Jacques, l'humour de Jeunauteur, la poésie de Denise Desautels, une nouvelle de Karoline Georges et une lecture illustrée de L'homme rapaillé de Gaston Miron par Jimmy Beaulieu.

  • Sur la couverture du numéro printanier de la revue Lettres québécoises pose l'autrice anglo-montréalaise Heather O'Neil (La vie rêvée des grille-pain, Hôtel Lonely Hearts, Mademoiselle Samedi soir, traduits chez Alto par Dominique Fortier). Le portrait de l'écrivaine sert de prémisse à un dossier spécial « Écrire en anglais au Québec » où il est question, entre autres, de cette communauté littéraire anglo-québécoise peu connue du lectorat francophone, de suggestions de lecture pour ceux et celles qui voudraient s'y initier, de traduction, de littérature vivante et de la librairie Drawn & Quaterly. Comme chaque saison, le numéro comporte un riche cahier critique, plusieurs chroniques sur ce qui anime la vie littéraire et un cahier « Création » où vous pourrez lire deux courts poèmes de Michel Garneau, une nouvelle (en anglais) d'Anna Levanthal et une lecture illustrée de Susceptible de Geneviève Castrée par Jordan Beaulieu.

empty