Myriam Oh (Ould-Hamouda)

  • Ce n'est pas ce que tu n'as pas dit, mais la manière dont tu t'es tu est né d'une réflexion sur les difficultés de communication. Exploration poétique des mille et une manières de se dire, de construire des ponts sur le monde, de tisser des liens avec l'autre. Y sont tour à tour disséqués : l'appréhension de la vie au présent ; le retour aux sources, les racines ; des tentatives de définition de l'amour ; des tentatives de réconciliation entre le paraître et l'être ; l'empathie et l'écoute bienveillante ; les idées qu'on se fait et dont on veut se défaire, pour choisir au milieu de ce chaos qui n'est qu'une réalité parmi tant d'autres, celle dans laquelle on veut s'engager pour un bout de chemin ; et le lâcher-prise.

    Dans une langue cadencée qui claque, à la portée de tous bien que richement travaillée, Myriam OH (Ould-Hamouda) déroule ses poèmes comme autant d'histoires, sincères, touchantes, peut-être personnelles (je, tu), mais assurément universelles.

  • Scènes d'intérieur sans vis-à-vis est une déclaration d'amour tout empreinte de poésie à eux, les invisibles, les inaudibles, les refoulés de la vie et les ignorés du monde. C'est une déclaration d'amour aussi à la langue, aux mots tout simples et aux expressions toutes faites, dont Myriam OH (Ould-Hamouda) se joue pour mieux déjouer la banalité d'un monde sans pitié, et lui insuffler du rythme, du sens, de l'esprit et du coeur. Ici, pas de faux-semblant, la poésie de Myriam OH ne prend pas de gants pour dépeindre la vie des gens. On est en plein dedans, et on aime, forcément.

  • Contributeurs et contributions :

    Alban Kacher // 37.12. 22.85 (p. 88)
    Alexandre Nicolas // Poésies (p. 112)
    Denis Moreau // Nul autre qu'Alphyre (p. 42)
    Dominique Touri // Edgard (p. 76)
    Dorothée Coll // Poésies (p. 58)
    Julien Boutreux // Peut-être (p. 60) + Anagrammes (p. 128)
    Myriam OH (Ould-Hamouda)
    // Si tu me cherches, j'explore le chaos (p. 4) + J'arrive (tu peux mettre la table) (p. 68) + Flemme (p. 97) + de nombreux autres poèmes
    Romane González // Filles mortes (p. 131)
    Thomas Louis // Rôti (p. 30)
    Tom Saja // L'Homme qui ne dort plus (p. 20)
    Victor Malzac // Cahier de doléances (p. 12)
    Yan Kouton // Poésies (p. 31)


    Éditeur invité :

    Lunatique


    Photo de couverture et photos intérieures :

    lachaisetriste

empty