Nicolas Le Golvan

  • « Je ne t'avais pas vraiment entendue la première fois que tu m'as fait cette remarque, il y a deux semaines :
    - Je croyais que dans le passé les gens voyaient en noir et blanc, comme sur les vieilles photos.
    C'était mignon, d'une pure poésie ; je l'avais même noté le soir sur mon ordinateur, dans ce journal de notre nouvelle vie ensemble. Avec ça, je croyais savoir t'écouter, être mieux qu'un père ordinaire pour sa fille. »
    Quand sa fille affirme qu'elle ne distingue plus les couleurs, il s'inquiète, comme il craint que cela ne réveille des conflits avec la mère de Rose, dont il s'est récemment séparé. Dès lors, il oscille entre la recherche fébrile d'un remède et l'espoir insensé que Rose mente.
    Suffit-il d'aimer sa petite fille pour être un bon père et la protéger de la violence de la vie ? Nicolas Le Golvan nous montre, avec justesse et tendresse, que ce sont souvent les enfants qui guident leurs parents.

  • « Tu ne veux toujours pas te baigner ? » Cet été-là, il ne se baignera pas. Sa femme attendra longtemps qu'il se déride ou qu'il parle enfin ; ses deux jeunes enfants se tiendront à distance de ce père absent de leurs jeux.
    Cet été-là, il fête son anniversaire en fantôme. Sa maison de famille à la mer, encombrée par les souvenirs, lui pèse. Son amour pour sa femme est encore là, mais semble aussi loin que la marée. Alors il décide de prolonger, pour lui seul, son séjour sur l'île de Ré. Il va se remémorer leur longue histoire amoureuse et chercher à comprendre ce que la conjugalité a usé en eux. Leur amour, il aimerait savoir ce qu'il en reste. Mais on ne décide pas seul de l'avenir de son couple.
    Reste l'été est un conte cruel sur l'amour, quand il est mis au défi de durer.


  • PISSER DANS UN VIOLON
    S'ingénier à provoquer des choses impossibles ou qui ne se produiront pas. Perdre son temps.
    Quand le sentiment d'impuissance prédomine, quand on ne voit plus que des moulins à vent sur la ligne d'horizon, quand personne d'autre que soi n'entend les sirènes mordre les villes ou traverser les campagnes vides, quand les pétitions, les manifestations et les révoltes ne servent plus à rien, quand on brasse toujours le même renfermé.
    Pisser dans un violon jusqu'à la dernière goutte pour abreuver une autre solution, lointaine, imprévisible, pisser dans un violon pour faire tourner la roue, pour découvrir l'interrupteur caché derrière la roche et les portes scellées. Pisser dans un violon pour allumer la mèche et révéler le monde.

    -----------------------------

    Au sommaire : 10 textes courts qui ne changeront rien au cours immuable des choses.


  • Bâtiments massifs et délavés, bureaux-ventouses enfouis dans les tentacules du labyrinthe, numéro d'identifiant à sept chiffres, attestation de compte à jour, cases à cocher sur le formulaire, CERFA n° 67885432, puits sans fonds, ratio calculé sur la base de votre bilan, radiation, dernier avis avant d'autres persécutions.
    Demandes de dégrèvement, lettres mortes, justificatifs à fournir, dossiers égarés, référent unique, boite vocale, temps d'attente estimé, votre correspondant n'est pas joignable pour le moment, antidépresseurs, machine à café lyophilisé.
    -------------------
    Vos droits : 11 textes kafkadministratifs en téléchargement gratuit, sans contrats d'engagement réciproque.

  • Lorsque tout va de travers, quand la confiance s'est envolée, que les négociations de la dernière chance ont échoué, que les protagonistes envoient leurs assiettes contre les murs et que les aliens sont en passe de manger la terre... Alors il faut réagir et prendre les bonnes décisions. On parle de sang-froid, de réunion brûlante, de stratagème avec les autres ou de soi-même à soi-même mais, peut-être, parle-t-on aussi de laisser libre cours à son instinct, à ses émotions, peut-être parle-t-on de se jeter directement dans le foutoir.
    CELLULE DE CRISE : 10 textes courts au bord du gouffre, 10 auteurs sur la corde raide.


  • Bling-bling : cliquetis des chaines en or qui s'entrechoquent, couronnes serties de pierres brillantes, colliers, bagues, sparkles, joncaille massive dans les mauvais quartiers, décapotables rose bonbon dérapant sur les bords de mer, silicone, strass, mèches blondes péroxydées, sirop de fraise dans le champagne, signes ostantatoires, goût de l'excès, coquilles vides, genre pornographique, comptoirs en toc, tombeaux marbrés.

    Bling-bling : miroir de la vacuité ? contestation de l'ordre établi ? hallucination de l'époque ?
    - Allez, sers-nous une coupe bébé !

    --------------------------
    Bling-bling pour un numéro de Squeeze 24 carats, noir-glacé-prestige, édition first-select-privée, entrée VIP, piscine-caviar-coca à volonté !
    9 textes courts, 9 auteurs brillants et une pluie de paillettes.

empty