Psychologie / Psychanalyse

  • Transfert et introjection de Sándor Ferenczi Traduit par Judith Dupont, avec la collaboration de Philippe Garnier Préface de Simone Korff-Sausse Éditions Payot C´est en s´interrogeant sur la nature du transfert que Sándor Ferenczi crée en 1909, avec la notion d´introjection, l´un des plus importants concepts de la psychanalyse. Ce processus psychique, qui consiste à intégrer quelque chose ou quelqu´un ou des aspects de quelqu´un à l´intérieur de soi, questionne les limites du soi et de l´autre, les frontières entre le dehors et le dedans. Freud élaborera sur cette base sa théorie des identifications ; Melanie Klein, le concept d´identification projective ; Wilfred Bion, sa réflexion sur la communication interhumaine ; Maria Torok et Nicolas Abraham, les notions de crypte et de fantôme - et s´en trouveront éclairés les pathologies du narcissisme, la vie psychique des tout-petits, les mécanismes de l´intersubjectivité, du transgénérationnel, du contre-transfert, de l´empathie ou du travail de deuil.

  • Avec la sensibilité particulière qu'il avait à l'égard des souffrances de l'enfant, Ferenczi n'a eu de cesse de retrouver, enfoui dans l'adulte, l'enfant blessé, traumatisé qu'il a été. Comment le ramener dans la séance ? Comment l'entendre ? Comment le traiter ? Si Freud a révélé la part de l'infantile toujours active dans la vie psychique de l'adulte, c'est bien Ferenczi qui a développé cette idée jusque dans ses aboutissements les plus ultimes, montrant combien ces parties infantiles ne cessent d'orienter et d'animer l'existence.

  • Sur les névroses de guerre de Sigmund Freud, Sándor Ferenczi et Karl Abraham Traduit de l´allemand par Olivier Mannoni, Ilse Barande et Judith Dupont Préface de Guillaume Piketty Éditions Payot En septembre 1918, à Budapest, le Ve Congrès international de psychanalyse est notamment consacré aux névroses de guerre. Parmi les intervenants, Sándor Ferenczi et Karl Abraham, qui, ayant servi depuis le début de la guerre en tant que médecins, ont pu faire d´étonnantes observations. Et ce qu´ils disent des traumatismes psychiques est suffisamment important pour que Freud, qui signe l´introduction aux Actes de ce colloque, ait éprouvé le besoin d´en reparler longuement deux ans plus tard, en 1920, dans Au-delà du principe de plaisir... Gageons que ce livre intéressera les historiens travaillant sur la guerre et les sorties de guerre, mais aussi les psychiatres, psychanalystes, psychologues, travailleurs sociaux et humanitaires qui accueillent, écoutent, aident et soignent aujourd´hui les militaires et les civils confrontés aux nouvelles formes de violences de guerre.

empty