Bandes dessinées / Comics / Mangas

  • Terreur Graphique retrouve l'esprit des Bretécher, Lauzier et autres Sempé pour décrire, se moquer, s'étonner, rire de ces gens-là : ceux qui nous entourent dans ces terribles années 2015 et 2016. Grâce au dessin et à la bande dessinée, par la mise en scène et la description des discussions de café du commerce (littéralement), Terreur Graphique nous retranscrit les envolées philosophiques qui tournent mal, les monologues à plusieurs, les énormes idioties que l'on peut parfois entendre, les absurdités, les apories, les conneries, les vérités crues, les contradictions démesurées... C'est tout ça, et bien d'autres choses encore, que ces gens-là disent - et ces gens-là, attention, ce sont « eux », bien sûr, mais « eux », c'est nous, c'est vous, c'est moi.

  • Établie dans ses grandes règles il y a plus d'un demi-siècle aux États-Unis, la communication politique ne concerne pas seulement les candidats à une élection ou leurs conseillers : il s'agit en réalité d'un jeu à trois parfaitement consenti entre les hommes politiques, les médias et l'opinion publique. Car au fond, la communication politique est avant tout un espace d'échanges.

  • Contestataire et pamphlétaire, la presse satirique s'est toujours dressée contre les pouvoirs en place, qu'ils soient politique, militaire ou religieux. Cet esprit frondeur, développé dès la Révolution jusqu'au terrible attentat contre Charlie en passant par mai 68, a traversé les époques et s'est confronté aux différentes forces qui s'y sont opposées. Fabrice Erre et Terreur Graphique racontent, en huit chapitres, une histoire de la presse satirique qui constitue les racines même de démocratie, de la liberté d'expression. Sous les pavés, la presse !

  • Quoi de plus universel que la mort ? N'est-ce pas ce qui nous rapproche le plus les uns les autres ? Pan ! T'es mort ! propose de la dédramatiser, d'en rire tant qu'on est encore vivants. Un guide du savoir-mourir.
    Le principe est simple : un mort minimum par gag. Chaque strip, reformaté en petites pages de quatre cases, repose sur un ou plusieurs trépas, dans des situations absurdes, dramatiques ou anodines. Finalement, ce n'est pas si grave de mourir et, surtout, nul n'en réchappera ! Alors autant rire de la mort pour l'apprivoiser, avant qu'il ne soit trop tard.

empty