Romans & Nouvelles de genre

  • Au cours des derniers jours de mai 1871, le gouvernement d'Adolphe Thiers se résolut à réprimer dans le sang la Commune de Paris. La Semaine sanglante s'accompagna d'un gigantesque incendie, au cours duquel le feu menaça dangereusement le Louvre et ses collections, de même que la Bibliothèque impériale, livrant aux flammes son fonds de cent mille volumes précieux... Face au sinistre, deux hommes : un conservateur, jusque là confit dans ses notices de catalogue, et un officier, que rien ne prédisposait au sauvetage du sel de la civilisation.

  • Les déboires d'une tribu préhistorique narrés dans le langage de nos modernes ethnologues. Nouvelle édition réalisée à l'occasion de la sortie du film d'animation Pourquoi j'ai pas mangé mon père, réalisé par Jamel Debbouze, le 8 avril 2015.

  • Nous sommes à Bethléem. Hérode vient d'ordonner la mise à mort de tous les garçons de moins de deux ans. Une troupe d'élite passe de maison en maison et exécute l'ordre avec véhémence. Aucun des soldats n'est en mesure de déterminer l'âge de tous ces enfants, ils ne s'en formalisent pas. Soudain, Cato, le leader du groupe, vomit ses tripes au lieu d'abattre son épée. La nuit a été longue... S'étendant sur une période de quarante ans suivant la naissance de Jésus, Les Enfants de Dieu est un roman hors norme, intemporel, dont les résonances avec la situation actuelle de Gaza et du Moyen-Orient, de Daesh et de la montée de l'extrémisme sont frappantes.
     

  • Le sergent Desportes, vieux briscard aussi courageux que respecté, défend la loi dans le sud-ouest américain. Il rencontre et sauve dans le désert un étrange gamin à la jambe fracturée, Bud, dont le cheval a été blessé. Entre ces deux hommes si dissemblables naît une étrange amitié, à la fois ambiguë et teintée, chez le sergent, de sentiments paternels. W. R. Burnett s'est inspiré de Billy the Kid pour créer le personnage si moderne de Bud, ce gamin aux multiples facettes, secret et ambitieux, intelligent et roublard, qui a quelque chose du pervers narcissique. Au fil des traques s'enchaînant sans relâche, admiration et trahison s'avèrent indissociables. L'auteur de Terreur apache nous offre ici un roman haletant, tendu, elliptique, dépouillé, qui déploie toute une galerie de personnages inoubliables et offre des remarques saisissantes sur cette région encore sauvage et cette époque de violences.

  • Il existe, dans la vie de saint Augustin, une immense part d'ombre : celle où se tient Elissa, qui partagea sa foi manichéenne, fut sa concubine, donna naissance à son fils, fut écartée de sa vie. Vingt-cinq ans après leur première rencontre, depuis Carthage, elle observe l'ascension (et déchiffre les revirements) de cet irremplaçable "disparu".

  • 1775. Elisabeth Cook, seule depuis trois ans, attend le retour de James Cook, qui en est à son second voyage exploratoire. Ce roman historique, entièrement écrit du point de vue d'Elisabeth Cook, est aussi un superbe portrait psychologique : celui d'une femme ayant traversé une interminable solitude face aux épreuves que réserve la vie.

  • Cet "assez gros fabliau", proprement savoureux, intelligent et drôle, s'inspire de la vie et de l'oeuvre de Hans Holbien (alias Jean Jambecreuse), peintre et graveur allemand du XVIe siècle, qui s'installe à Bâle en 1515 au moment où François Ier vient de remporter l'éclatante victoire de Marignan. Rigoureusement documenté et souvent teinté de grivoiserie et d'humour, ce texte nous entraîne au coeur de ce XVIe siècle en mutation qui annonce la Réforme. Si les "extravagantes aventures de Jean Jambecreuse" conduisent le lecteur dans le quotidien - parfois cru - d'un homme de cette époque, nous invitant à découvrir les tavernes, les imprimeries, les ateliers d'artistes, les bordels, les bains, etc., elles nous permettent également de côtoyer les plus grands de ce monde (François Ier, Érasme, Léonard de Vinci...).

  • De 1870, on conserve le souvenir d'un désastre. D'autres ont suivi, comblant l'abîme où la guerre avait précipité Napoléon III. L'été en enfer est l'histoire de ce plongeon vertigineux, le "road movie", en quelque sorte, de l'errance impériale, chaotique, solitaire, et si cruelle qu'elle érige la gabegie en véritable tragédie classique.

  • Dans une bourgade de Gaule romaine, des moissonneurs butent sur un corps décapité aux doigts brûlés, gisant dans un fossé. Sur sa poitrine repose une petite poupée en ivoire, enroulée dans un rouleau de plomb, sans tête elle aussi. L'édile du bourg, Caius Julius Sénovir, se rend sur place pour tâcher d'éclaircir les circonstances du drame. Deux mille ans plus tard, dans une banlieue en construction, un squelette sans tête est retrouvé sous un futur parking... Un étrange hasard de l'Histoire fait de Caius et de Karin les co-enquêteurs d'un même dossier criminel, à deux millénaires d'intervalle. Cette aventure entraîne le lecteur dans un monde romain dévasté par la guerre, les crimes d'État et les scandales sanitaires. Un univers impitoyable où les affairistes, les soldats, les intendants et les hommes en général dictent leur loi. Hanté par les vagabonds et les dernières tribus sauvages qui résident dans les collines, ce monde-là offre tous les ingrédients d'une conquête de l'Ouest avant la lettre.
     

  • Rejeton d'une illustre famille des Gaulois Allobriges, Décimus Valérius Asiaticus brilla de mille feux au Ier siècle apr. J.-C. Pourtant, à l'issue d'un procès retentissant, il fut condamné à la peine capitale par l'empereur Claude. C'est sur ces événements historiques que s'appuie ce roman aux péripéties haletantes qui entraîne le lecteur dans l'Empire romain à ses débuts, notamment à Marseille, à Vienne et à Rome.

  • 1880. Depuis quinze ans, la guerre de sécession est terminée mais les blessures subies ont rendu les hommes susceptibles, coléreux. L'alcool et le manque de femmes font le reste. Au pied des montagnes, en Arizona, dans une région de colons ranchers, une communauté d'éleveurs va vivre une semaine terrifiante. Une série de malentendus et de présomptions alimentées par l'envie et la jalousie vont grossir en un conflit violent impliquant une cinquantaine de ranchers de la région. Le malheur va s'abattre sur les Randal, la famille la plus prospère du coin, et sur Arch Eastmere, l'enfant maudit du pays, usé par ses errances et ses mauvaises fortunes.

  • 1521 : les Turcs menacent une chrétienté divisée. La période est trouble, entre la mort de deux papes, les querelles des princes et le schisme de Luther. À Bâle, le jeune Jean Jambecreuse est désormais un peintre reconnu, patronné par Érasme, et un bourgeois considéré, surtout des dames. Mais il est tenté par le service de François Ier, roi de France, puis découvre les malheurs de la guerre lors de la révolte des rustauds, enfin vogue vers la lointaine Angleterre, au pays de celui qui n'était pas encore Barbe Bleue. Ses tribulations ne sont pas terminées...

  • En 1629, au large de l'Australie, les quelque deux cent cinquante rescapés du naufrage d'un navire de commerce néerlandais sont victimes du plus grand massacre du XVIIe siècle. De cet épisode sanguinaire Marc Biancarelli s'empare pour donner vie, corps et âme à des hommes contaminés par le Mal, qui corrompt ceux qui le touchent du doigt en un cercle vicieux interrogeant perpétuellement ses origines.

  • Ce récit, basé sur des faits réels, nous emmène au XVIe siècle, du côté du sultanat de Cambaïa, en Inde, où Afonso de Albuquerque se voit offrir par le potentat local, le sultan Muzaffar, un cadeau pour le moins étrange et encombrant : un énorme rhinocéros, animal inconnu alors en Occident. Ce voyage périlleux, conté avec humour, nous conduit à travers le monde, notamment dans l'atelier de Dürer, qui a effectué une gravure sur bois de l'animal aujourd'hui conservée au British Museum.

  • L'existence mouvementée et dramatique de l'actrice américaine Frances Farmer (1913-1970) a largement excédé son emploi cinématographique de jolie blonde à la raisonnable impertinence. Ce roman découpé en sept tableaux, de la lumière à l'ombre, de Hollywood à la claustration, soutient une réflexion politique sur le corps jeté en pâture à la gloire.

  • S'appuyant sur des archives souvent ignorées évoquant la détention qui précéda l'exécution de Marie-Antoinette, ce récit déroule ces soixante-seize interminables jours avec leurs horreurs, leurs humiliations, leurs complots et les conduites dégradantes de certains protagonistes.

  • S'appuyant sur des archives souvent ignorées évoquant la détention de Marie-Antoinette, ce deuxième volume, qui s'ouvre au début de la Terreur, évoque notamment le Complot des Perruquiers, visant à libérer la reine, et les efforts de Robespierre pour que Marie-Antoinette, gravement malade, ne vienne pas à s'éteindre de mort naturelle avant son exécution.

  • 177 après notre ère. La ville de Lyon est le théâtre de l'un des martyrs les plus sanglants de l'histoire : en quelques semaines, presque toute la communauté chrétienne est sauvagement massacrée. Au début du ive siècle, Eusèbe de Césarée, historien chrétien et secrétaire particulier de Constantin le Grand, rentre en possession d'une missive relative à ce carnage, dont il espère qu'elle deviendra un élément décisif dans la conversion de l'empereur au christianisme. Toutefois, de nombreuses interrogations subsistent, Eusèbe tente de résoudre l'énigme. Commence alors une enquête haletante qui le conduit dans le Lyon décadent du ive siècle, vers une vérité bouleversante.

  • Rome, mai 1510. Depuis deux ans, Michel-Ange peint les fresques du plafond de la chapelle Sixtine. Dans le même temps, Raphaël décore les appartements pontificaux au Vatican tandis que l'architecte Bramante rebâtit la basilique Saint-Pierre. Jalousies et rivalités opposent ces artistes de génie qui travaillent sous la férule de Jules II, le pape autoritaire et ombrageux qui les a engagés à son service. Le jeune Livio, secrétaire particulier de Jules II, devient l'enjeu d'un conflit passionnel entre ces hommes. Ami de Michel-Ange, Livio vient lui lire le soir un manuscrit latin qu'il a découvert dans les ruines du temple de la Sibylle, à Tivoli. Un manuscrit étrange où il est question de l'empereur Auguste, de sa vision d'une Vierge à l'Enfant au Capitole et d'un mystérieux oracle perdu des Livres sibyllins...

  • En 1535, l'érudit Guillaume Postel est envoyé par François Ier en mission à Constantinople auprès de Soliman le Magnifique. De ce voyage, il ramène un évangile apocryphe de l'apôtre Jacques qu'il publiera en 1551. Commence alors une quête de manuscrits anciens révélant des aspects inconnus de la vie de Jésus, qui le mènera à Venise, Rome, Vienne et Londres, à travers une Europe en proie à la montée des fanatismes religieux. Catholique fervent, professeur de latin, de grec, d'hébreu et d'arabe, Guillaume Postel est aussi un grand connaisseur de la kabbale dont il tente d'appliquer les méthodes à l'interprétation du Nouveau Testament. Avec Pic de la Mirandole en Italie et Jean Reuchlin en Allemagne, il est l'un des initiateurs de ce courant mystique que l'on appellera la "kabbale chrétienne". Son aventure nous fait découvrir la face cachée de la Renaissance, où imprimeurs et libraires - ces artisans méconnus de l'immense renouveau des idées qui soulève alors l'Europe - côtoient érudits, savants, alchimistes, astrologues, gnostiques et illuministes en tout genre...
    L'enquête sur Jésus menée par Guillaume Postel prend une troublante actualité à la lumière des manuscrits récemment découverts à Nag-Hammadi et au monastère de Saint Pacôme en Egypte.

  • Sur les vestiges des colonisateurs de la Rome antique, Marc Barca, dit « Le Mama », a édifié dans la région de Sète un empire de béton gagné sur des terres deltaïques toujours plus menacées par les eaux montantes de la Méditerranée, en bâtisseur amnésique de sa propre histoire mais émerveillé de laisser à son tour son empreinte sur un territoire rendu légendaire par la succession des siècles. Magnifique variation sur la permanence du mythe de Prométhée confronté au pouvoir destructeur des exils intérieurs, ce roman célèbre la force du désir humain d'aventure et la transitoire et douloureuse beauté de ses accomplissements promis à la corruption ou à l'effacement.

empty