• Marseille, 2016
    En démontant le faux plafond d'un hôtel, un ouvrier tombe sur une boîte contenant les souvenirs d'une vieille dame, Magdalena. Son arrière-petite-fille, Anaïs, tenancière du Café de l'Ensaïmada, une institution culinaire à Paris, décide alors de partir à la recherche de ses origines majorquines...
    Majorque, 1935
    Magdalena, jeune pâtissière, confectionne chaque jour des ensaïmadas, ces brioches majorquines entortillées et saupoudrées de sucre glace. Mais très vite, la guerre civile espagnole frappe aux portes de son village. Au péril de sa vie, Magdalena s'engage alors dans la résistance. Entre Majorque et Marseille, deux destins de femmes bousculées par la Guerre d'Espagne et un secret de famille, mais unies par une même passion : la pâtisserie.
    « UN LIVRE BIEN DOCUMENTÉ, BIEN ÉCRIT, AVEC UNE HÉROÏNE FORTE. (...) MAJORQUE EST ENCHANTERESSE. » - Ariane Bois, romancière.
    Béatrice Courtot est originaire de Bordeaux. Elle a vécu à Aix-en-Provence, Madrid et Paris, où elle travaille actuellement dans le secteur du développement durable. La Vallée des oranges, son premier roman, est le lauréat du Prix du Livre Romantique 2018, présidé par la romancière Marie Vareille. Le jury prestigieux est composé de la Ville de Cabourg, l'éditeur Pocket, la romancière Ariane Bois, la lauréate du Prix du livre romantique 2016 Clarisse Sabard, et Vendredi Lecture.


  • 1987. Cinq jeunes femmes autour d'un piano, cinq survivantes du naufrage de l'Empire colonial portugais, elles sont là pour chanter.

    Il y a Gisela, qui les a convoquées et va mettre toute son audace et son énergie à leur transformation en un groupe vocal qui enregistre des disques et se produit sur scène.
    Il y a les deux soeurs Alcides, Maria Luisa la mezzo-soprano et Nani la soprano qui sortent du conservatoire.
    Il y a Madalena Micaia, The African Lady, à la sublime voix de jazz, noire et serveuse dans un restaurant, et enfin la plus jeune, Solange de Matos. Elle a 19 ans, elle découvre la vie et la ville, elle n'a pas une grande voix mais un grand talent "pour les petites choses", elle compose des paroles de chansons inoubliables qui vont faire la gloire du groupe.
    Puis il y aura l'amour aérien et ambigu du chorégraphe international Jõao de Lucena.
    Il y a les relations de pouvoir si particulières des femmes, les pressions psychologiques, la façon de tout sacrifier à la réalisation d'un objectif.
    Elles ont travaillé dans un garage, elles ont appris à chanter, à composer des chansons, à danser sur scène, à marcher comme on danse, elles ont enregistré un disque, et l'impensable s'est produit.
    Vingt ans après, la télévision, le royaume de l'instantané, leur consacre une émission et elles se retrouvent là, entre émotion et mensonge.
    Romancière au sommet de son art, dominant une langue raffinée et subtile pour aller au plus profond des sentiments et de l'histoire des changements d'une société, Lídia Jorge écrit ici un roman puissant et limpide.
    Lídia Jorge est née dans l'Algarve en 1946, elle est l'auteur de : La Forêt dans le fleuve (1988), Le Rivage des murmures (1989), La Journée des prodiges (1991), La Dernière femme (1995), L'Instrumentaliste (1998) qui a reçu le Prix de la Critique Allemande, La Couverture du soldat (1999), Prix Jean Monnet 2000, Le Vent qui siffle dans les grues (2004), Nous combattrons l'ombre (2008).

  • « Un roman magnifique, empli de mystères, d'obsession, de réconciliation et d'amour... » - Booklist

    Trois petites-filles. Trois mois. Une maison d'été.

    La villa historique de Sea Breeze est la demeure ancestrale de Marietta Muir. Jadis, ses petites-filles adoraient venir y passer leurs vacances. Mais Mamaw craint qu'une fois qu'elle aura quitté ce monde, les liens entre elles ne s'effritent. Le sang de leur ancêtre, un capitaine pirate, coule dans les veines des trois petites-filles. Alors Marietta décide de jeter comme une bouteille à la mer une subtile promesse de butin pour les appâter et les inciter à revenir. Pendant des années, Carson Muir a erré, sans jamais vraiment s'installer, certaine d'une seule chose : qu'une vie loin de l'océan est une vie vécue à moitié. Perdue, sans le sou, elle quitte la Californie et arrive la première à Sea Breeze, se demandant à quel moment les choses ont pu si mal tourner... jusqu'à ce que l'océan lui envoie son petit miracle.

    Le lien étonnant qu'elle entretient avec un dauphin l'aidera-t-il à renouer avec ses soeurs et à affronter les souvenirs obsédants du passé ?


    Un roman recommandé par Pat Conroy !

  • Qu'importe le flacon...

    Marie Milord

    Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse...
    L'ivresse d'être enfin soi-même, d'oser s'affirmer face à des maris goujats ou dominateurs.
    C'est l'expérience que vont vivre les habitantes de Beaulieu-sur-Monts, petite ville de province en apparence sans histoires.
    En apparence, seulement... car le parfum dont il est question, Estime, va aussi être le déclencheur d'événements qui viendront bouleverser la vie paisible des Belliquois et Belliquoises...

    Amours contrariées, secrets révélés, à travers cette histoire plaisante de femme et de parfum mystérieux, l'auteure a voulu montrer l'envers du décor de vies maritales qui, de prime abord, semblent toutes lisses et bien réglées.

    Une histoire dans laquelle bien des femmes se reconnaîtront.

  • Qu'ont en commun la culture sami en Norvège, le vélo comme instrument de libération des femmes au Ghana et le sort des milliers de sangliers qui envahissent les rues de Berlin ? Ces questions, et d'autres, sont au coeur des préoccupations qui animent Claire, Ariane et Isa, trois soeurs, des jeunes femmes toutes aussi nomades et curieuses l'une que l'autre.

    Chacune à sa façon, elles prennent place dans le monde, interrogeant bien sûr l'amour, la famille, la carrière, mais aussi et surtout elles inscrivent leur parcours dans un univers de plus en plus marqué par la cohabitation des races et la variété des cultures, par des questions de justice sociale et d'écologie. Interpelées, elles prennent part aux débats et défendent avec vivacité les causes qui leur tiennent à coeur.

    Dans la veine autofictionnelle qui traverse l'ensemble de son oeuvre, Marguerite Andersen a façonné les trois destins en s'inspirant de la vie de ses six petites-filles.

empty