• « Toute vie est un processus de démolition », écrivait Scott Fitzgerald. James Salter semble lui donner raison avec ce roman cruel et subtil.Nedra est belle, assurée, et sait donner aux gestes quotidiens une sorte d'élégance. Viri est architecte. Il rêve d'accomplir une oeuvre qui lui survivra, et dévore les biographies d'hommes illustres. Ils habitent une vieille demeure non loin de New York, ils s'aiment. Peut-être sont-ils moins heureux qu'ils ne le disent. Quand le temps aura fait son oeuvre, il ne restera plus, des amours de Nedra et Viri, que des ruines et des regrets. Tendre est la nuit, mais la perfection du bonheur n'est pas de ce monde.James Salter est né en 1925 à New York. Pilote de chasse dans l'US Air Force pendant la guerre de Corée, il a également été scénariste à Hollywood. Ses romans (Un sport et un passe-temps, Cassada...) et ses mémoires (Une vie à brûler) sont les oeuvres d'un stylistique subtil et remarquable.Traduit de l'anglais (États-Unis) par Lisa Rosenbaum et Anne Rabinovitch.

  • Traduit de l'anglais (États-Unis) par Marc AmfrevilleLa Seconde Guerre mondiale touche à sa fin. À bord d'un porte-avions au large du Japon, Philip Bowman rentre aux États-Unis. Il a deux obsessions, qui l'accompagneront tout au long de sa vie : la littérature et la quête de l'amour. Embauché par un éditeur, il découvre ce milieu très fermé, fait de maisons indépendantes, et encore dirigées par ceux qui les ont fondées. Bowman s'y sent comme un poisson dans l'eau, et sa réussite s'avère aussi rapide qu'indiscutable. Reste l'amour, ou plutôt cette sorte d'idéal qu'il poursuit, et qui ne cesse de se dérober à lui. L'échec d'un premier mariage, l'éblouissement de la passion physique et le goût amer de la trahison sont quelques-uns des moments de cette chasse au bonheur dont l'issue demeure incertaine. Ce livre magnifique est comme le testament d'une génération d'écrivains, derniers témoins, sans le savoir, d'un monde promis à la disparition. Parce que l'art est le seul lieu où les contraires coexistent sans se détruire, il noue d'un même geste la soif de vivre de la jeunesse et la mélancolie de l'âge mûr, la frénésie érotique et le besoin d'apaisement, la recherche de la gloire et la conscience aigüe de son insignifiance.

  • Traduit de l'anglais (États-Unis) par Philippe Garnier.C'est la guerre de Corée et le capitaine Cleve Connell n'a qu'un objectif : descendre cinq avions ennemis et devenir ainsi un « as ». Mais l'ascension vers la gloire est périlleuse : le sort s'acharne contre Cleve et une rivalité sans merci s'immisce entre les aviateurs. Après la fougue des premiers combats, le doute et la frustration s'installent. Et pour ces héros modernes, sur la terre comme au ciel, la moindre faiblesse peut s'avérer fatale.James Salter était encore pilote de chasse dans l'US Air Force quand il a écrit ce premier roman. Le sens de l'honneur, la camaraderie, mais aussi la peur de la mort qui vient ronger les esprits les plus déterminés, tout prend corps d'une manière saisissante au fil des pages. Considéré aux États-Unis comme un classique, Pour la gloire est enfin publié en France.

  • Un sport et un passe-temps Nouv.

  • Traduit de l'anglais (États-Unis) par Philippe GarnierJames Salter fait figure de légende. À cet ancien pilote de l'US Air Force, romancier et scénariste à Hollywood, on prête un amour excessif du danger, le goût des femmes et une passion pour la France. Et l'on n'a pas tort, à en juger par son autobiographie. Salter s'y montre moins soucieux d'entretenir la légende que de dire la vérité. C'est pourquoi ce livre, contrairement à tant de mémoires d'écrivains, sonne si juste.Salter raconte : son enfance à New York dans les années 30, l'influence de son père qui le conduit à West Point, la prestigieuse académie militaire où - fait rarissime pour un juif - il fait toutes ses études avant d'entrer dans l'armée de l'air, puis la Corée et ses missions de pilote de chasse sur les premiers jets supersoniques. Il démissionne de l'armée pour se consacrer à l'écriture, devient romancier (Un sport et un passe-temps, Un bonheur parfait, etc.) et scénariste. Dans le récit qu'il en fait, Salter trace d'admirables portraits, de Kerouac à Irvin Shaw, de Robert Redford à Joe Fox : c'est drôle, cruel, un brin nostalgique.Nécessairement inachevés, ces mémoires sont un tour de force narratif et stylistique. Dans une prose ciselée, un des derniers grands écrivains américains nés avant la guerre jette un regard ironique et grave sur notre époque.

  • James Salter n'était pas seulement un des grands romanciers américains du vingtième siècle. Tout au long de sa vie, il a écrit de nombreuses nouvelles qui ont fait sa renommée. Last Night réunit l'intégralité de ces textes.
    Que ce soit dans les recueils American Express et Bangkok (l'Olivier, 1995 et 2003) ou dans les quatre nouvelles inédites incluses dans ce volume, on retrouve dans ces formes courtes tout ce qui fait l'univers et le style de Salter : son obsession pour l'amour, l'amitié et l'honneur, le passage du jour à la nuit, de la jeunesse à l'âge adulte, de la vie à la mort, l'appel de la mélancolie et celui du corps des femmes, dans des pages à la sensualité troublante et raffinée.
    " En une phrase, James Salter parvient à suggérer une existence entière. "
    The New York Times
    Traduit de l'anglais (États-Unis) par Anne Rabinovitch, Lisa Rosenbaum et Marc Amfreville.

  • Traduit de l'anglais (États-Unis) par Philippe Garnier et Marc Amfreville.
    " Tout ce qui n'est pas écrit, couché sur le papier, disparaît, à part certains moments, scènes et personnages impérissables. "
    Salter par Salter réunit les trois dernières allocutions données par James Salter à l'université de Virginie en 2014, ainsi que l'entretien " Tout ce qui n'est pas écrit disparaît ", paru dans la Paris Review en 1993. L'auteur d'Un bonheur parfait s'y confie et évoque les lectures qui l'ont inspiré, la genèse de ses romans, sa vie d'écrivain et ses rencontres, et tente d'analyser ce qui fait un " style ".
    Entre exercice d'admiration, souvenirs et pérégrination littéraire, Salter par Salter est l'autoportrait en creux d'une des dernières légendes de la littérature américaine contemporaine.

  • A compilation of short fiction explores the themes of love, honor, friendship, sacrifice, memory, and abandon through the lives of a translator assisting in his wife's suicide, a rare books collector, a profoundly lonely married woman, and other characters.

  • In this brilliant book of recollection, one of America's finest writers recreates people, places, and events spanning some fifty years, bringing to life an entire era through one man's sensibility. Scenes of love and desire, friendship, ambition, life in foreign cities and New York, are unforgettably rendered here in the unique style for which James Salter is widely admired.Burning the Days captures a singular life, beginning with a Manhattan boyhood and then, satisfying his father's wishes, graduation from West Point, followed by service in the Air Force as a pilot. In some of the most evocative pages ever written about flying, Salter describes the exhilaration and terror of combat as a fighter pilot in the Korean War, scenes that are balanced by haunting pages of love and a young man's passion for women.After resigning from the Air Force, Salter begins a second life, becoming a writer in the New York of the 1960s. Soon films beckon. There are vivid portraits of actors, directors, and producersPolanski, Robert Redford, and others. Here also, more important, are writers who were influential, some by their character, like Irwin Shaw, others because of their taste and knowledge.Ultimately Burning the Days is an illumination of what it is to be a man, and what it means to become a writer.Only once in a long whileVladimir Nabokov's Speak, Memory or Isak Dinesen's Out of Africadoes a memoir of such extraordinary clarity and power appar. Unconventional in form, Burning the Days is a stunning achievement by the writer The Washington Post Book World said "inhabits the same rarefied heights as Flannery O'Connor, Paul Bowles, Tennessee Williams and John Cheever" a rare and unforgettable book.From the Trade Paperback edition.

  • An extraordinary literary event, a major new novel by the PEN/Faulkner winner and acclaimed master: a sweeping, seductive, deeply moving story set in the years after World War II.
    From his experiences as a young naval officer in battles off Okinawa, Philip Bowman returns to America and finds a position as a book editor. It is a time when publishing is still largely a private affair--a scattered family of small houses here and in Europe--a time of gatherings in fabled apartments and conversations that continue long into the night. In this world of dinners, deals, and literary careers, Bowman finds that he fits in perfectly. But despite his success, what eludes him is love. His first marriage goes bad, another fails to happen, and finally he meets a woman who enthralls him--before setting him on a course he could never have imagined for himself.
    Romantic and haunting, All That Is explores a life unfolding in a world on the brink of change. It is a dazzling, sometimes devastating labyrinth of love and ambition, a fiercely intimate account of the great shocks and grand pleasures of being alive.

  • First published nearly a quarter-century ago and one of the very few short-story collections to win the PEN/Faulkner Award, this is American fiction at its most vital - each narrative a masterpiece of sustained power and seemingly effortless literary grace. Two New York attorneys newly flush with wealth embark on a dissolute tour of Italy; an ambitious young screenwriter unexpectedly discovers the true meaning of art and glory; a ruder, far off in the fields, is involved in an horrific accident - night is falling, and she must face her destiny alone. These stories confirm James Salter as one of the finest writers of our time.

  • Rand lives free; lean, pure and defiant, the world has little influence on him. His passion is climbing - the mountains, the huge vertical faces. There, where storms, snow, or rockfall can kill, he finds his happiness, sometimes climbing with others, sometimes alone. This is a novel of obsession and where it leads. Rand, not intending it, becomes suddenly famous for a daring rescue in the Alps. What happens when passion is spent and what becomes of heroes is revealed in this terse and powerfully written novel.

  • Les miscellanées culinaires du grand écrivain américain James Salter et de son épouse"Un livre qui rend hommage aux grands écrivains, aux grands plats, aux grandes conversations et à leurs ingrédients essentiels. Un bastion de civilisation, un abri où se protéger de tous les orages"Los Angeles Times"La vie, c'est le temps qu'il fait, les repas. Des déjeuners sur une nappe à carreaux bleus où quelqu'un a renversé du sel. Une odeur de tabac. Du brie, des pommes jaunes, des couteaux à manche de bois."Un Bonheur parfait, James SalterQuel fut le menu servi sur le Titanic lors de la nuit fatale ? Qui inviter ou non à dîner ? Où Samuel Beckett et Harold Pinter dégustaient-ils de la soupe à l'oignon à 4 heures du matin ?Chefs amateurs et hôtes formidables, James et Kay Salter nous offrent ce que quarante années de vie commune leur ont apporté de sagesse culinaire, de leurs propres recettes à des anecdotes littéraires, de leurs triomphes en cuisine à leurs plus beaux désastres.On y trouve la recette de John Irving pour confectionner des boulettes ou celle des Salter pour le poulet Marengo, ainsi que les réflexions gastronomiques de la reine Victoria, JFK et Winnie l'ourson, entre autres.Mais cette année en cuisine est surtout un almanach sur le goût, l'histoire, les gens, le sexe, la nourriture, le vin, l'art.Sophistiqué, pratique, péremptoire et indispensable, ce livre est un hommage à la gloire de la nourriture et du vin, et au plaisir de les partager.Né en 1925 à New York, James Salter est l'auteur de nombreux livres, parmi lesquels les romans Un sport et un passe-temps (1967), Un bonheur parfait (1975), Et rien d'autre (2013). James Salter est mort le 19 juin 2015. Kay Salter, son épouse, est journaliste et dramaturge. Elle a écrit pour The New York Times et Food and Wine.Traduit de l'anglais (États-Unis) par Sophie Brissaud

  • This exquisite, resonant novel is a brilliant portrait of marriage by a contemporary American master. Even as he lingers over the lustrous surface of Viri and Nedra's marriage, James Salter makes us see the cracks that are spreading through it, flaws that will in time mar it beyond repair. "An unexpectedly moving ode to beautiful lives frayed by time." From the Trade Paperback edition.

  • From the award-winning author James Salter and his wife, Kay - amateur chefs and terrific hosts - here is a lively, beautifully illustrated food lover's companion.With an entry for each day of the year, Life Is Meals takes us from a Twelfth Night cake in January to a champagne dinner on New Year's Eve. This is a book rich with culinary wisdom, history, recipes, literary pleasures, and the authors' own stories of their triumphs - and catastrophes - in the kitchen. Entries include:The menu on the Titanic on the fatal night The seductiveness of a velvety Brie or the perfect martini How to decide whom to invite to a dinner party - and whom not to The greatest dinner ever given at the White House Where in Paris Samuel Beckett and Harold Pinter had French onion soup at 4:00 a.m. How to cope with acts of god and man-made disasters in the kitchenSophisticated, practical, opinionated and indispensable, Life Is Meals is a tribute to the glory of food and drink, and the joy of sharing them with others.

  • Anglais Last Night

    Salter James

    In ten exquisite stories, Salter portrays men and women in their most intimate moments. The title piece, in which a translator assists agonizingly in his wifes suicide even as he performs a last betrayal, has already been hailed 'a masterpiece, clearly and without question'. He has written three books that everyone should read before they die . . . Last Night is a deeply gratifying reminder of what reading is for Independent Breathtaking . . . Salters stories are masterpieces of poise and clarity . . . Hugely enjoyable and endlessly stimulating Metro , 5-star review There is a steady hum of eroticism beneath his narrative and in the voluptuous restraint of his style. What else can I say? I highly recommend it Daily Telegraph 'James Salter is a master of the great American short story . . . Extraordinarily subtle, precise and elegant' The Times

  • Anglais Burning the Days

    Salter James

    This brilliant memoir brings to life an entire era through the sensibility of one of America's finest authors. Recollecting fifty years of love, desire and friendship, Burning the Days traces the life of a singular man, who starts out in Manhattan and comes of age in the skies over Korea, before reinventing himself as a writer in the New York of the 1960s. It features - in Salter's uniquely beautiful style - some of the most evocative pages about flying ever written, together with portraits of the actors, directors and authors who influenced him. This is a book that through its sheer sensual force not only recollects the past, but reclaims it. A masterwork of memory, deeply impressive and deeply moving Time Out Salter writes wonderfully of a world most of his readers will never have known Observer 'A wise and sensual memoir. Salter writes his self-portrait by focusing on what has shaped him, by showing what he has loved and admired and feared to become in others. You cannot put it down' Michael Ondaatje

empty