• Bob Coates est un sale type. Fils du peuple, bigot, sexiste et raciste, il aime l'ordre et l'autorité.

    En cette année 1877 qui marque le début du récit, son pays est en proie à l'agitation ouvrière. Cet Américain moyen choisit de se ranger du côté du manche, il devient un nervi au service de la fameuse agence Pinkerton, qui donnera plus tard naissance à la CIA.

    Pendant cinquante ans, l'homme infiltre des luttes, attise les tensions internes, passe à tabac les grévistes, nulle abjection ne l'arrête.

    Dans ce roman inspiré de faits réels, troisième volet de la trilogie américaine (après Anthraciteet Nous ne sommes rien soyons tout), Valerio Evangelisti donne à voir les heurs et malheurs de la classe ouvrière américaine organisée du début du siècle XX.

    Valério Evangelisti, auteur italien né en 1952 à Bologne, est l'auteur de nombreux romans parmi lesquels tout le cycle SF Nicolas Eymerich.

  • Comme toutes les aventures de l'inquisiteur, les fils narratifs s'entrelacent habilement à travers trois périodes pour constituer une même trame par-delà les siècles.

    1378. Évadé de la prison dans laquelle le roi d'Aragon l'avait fait enfermer, Eymerich arrive à Rome, où le pape Grégoire XI a transféré le siège pontifical. Grégoire est en train de mourir et la discorde qui aboutira au Grand Schisme d'Occident s'installe autour de lui. L'inquisiteur se rend compte que les querelles entre cardinaux cachent tout autre chose?: un culte païen oublié est sorti de l'oubli et a contaminé le haut clergé.

    À une époque plus proche de la nôtre, dans le futur, la République libertaire de Catalogne est le seul État européen resté neutre dans un conflit mondial dévastateur. Le physicien Marcus Frullifer et ses théories capables de bouleverser notre notion de temps y trouvent refuge. La Catalogne n'est pas l'État parfait qu'il imaginait, mais il parvient quand même à construire l'astronef Malpertuis, mû par des forces psychiques - qui apparaît dans le premier roman du cycle (Nicolas Eymerich, inquisiteur).

    Dans un futur lointain, sur une autre planète, l'humanité évolue vers quelque chose d'autre. Elle franchit les limites physiques établies dans le passé et s'approche du point Oméga, l'extrémité de l'univers imaginée entre autres par le jésuite Teilhard de Chardin. Un mystérieux Magister régule le dernier soupir du genre humain. Mais est-ce vraiment le dernier, dans un cosmos spiraliforme??

    Une conclusion astronomique des aventures de cet inquisiteur honni, dans laquelle N. Eymerich rencontre son fantôme, son double, ou une autre version de lui-même.

  • L'épitaphe de l'authentique Nicolas Eymerich, dominicain nommé Inquisiteur Général d'Aragon en 1357, évoque sa personnalité: «prédicateur de la vérité, inquisiteur intrépide, docteur de premier ordre».
    Sous la plume de Valerio Evangelisti, le magister Eymerich, détective d'une redoutable efficacité, doté d'un tempérament implacable, enquête sans faillir sur les phénomènes aberrants. Le premier volet de ses aventures décrit sa fulgurante accession au plus haut des pouvoirs de son temps. Grâce à une conviction aussi manichéenne qu'inébranlable, l'Inquisiteur combat sans vergogne ce qu'il ne comprend pas, car il doit faire face à des apparitions dans le ciel et des naissances monstrueuses qui effraient les villageois.

    Au XXIIe siècle, un vaisseau envoyé dans le passé à la recherche d'une mystérieuse relique religieuse rate sa cible et se retrouve à proximité du lieu où officie l'Inquisiteur, tandis qu'à notre époque, un jeune homme nommé Frullifer tente, tant bien que mal, de défendre une thèse révolutionnaire sur une science énigmatique: la psytronique.

    Le talent de l'auteur est de nouer ces trois histoires et trois temps différents, jusqu'à les entremêler, là où le futur ouvre de nouvelles perspectives sur le passé. Grâce à une écriture efficace, des dialogues d'une noirceur mordante et une cadence effrénée, Valerio Evangelisti revitalise la littérature de l'imaginaire, dans un curieux mélange d'histoire, d'horreur et de science-fiction.

  • 1374. Nicolas Eymerich est chargé par le pape d'enquêter sur un conseiller du roi d'Aragon accusé d'hérésie et de pratique des arts magiques. En effet, dans le sillage du dignitaire se multiplient phénomènes célestes inexpliqués, apparitions mystérieuses et miracles, ce qui ébranle l'Église catholique, déjà en lutte contre les actions des évangélistes vaudois. Ces derniers, dont l'autorité prospère de la Provence aux Alpes piémontaises, ne tardent pas à attiser les soupçons d'Eymerich : une terrifique conspiration est en marche.

    Au XXIe siècle, le scientifique Marcus Frullifer a détruit les fondements de la physique moderne grâce à une découverte sans précédent. Mais sa formule mathématique, à l'origine du bouleversement, intéresse beaucoup l'Ordre des jésuites qui le séquestre dans un observatoire astronomique. Leurs motivations seraient elles liées aux fragments retrouvés de L'Évangile de la lune, ce livre rédigé dans un lointain futur ? Mais en quoi les recherches de Frullifer servent-elles leur dessein ?

    Ce que l'on nous a appris sur le passé et le futur est un mensonge. La mort est un leurre, un accident transitoire à dompter, et le temps, une simple limite à dépasser : voilà la vérité qui terrifie l'Église. Voici ce contre quoi Eymerich devra lutter, s'il ne souhaite pas que l'univers s'écroule, et avec lui tout ce en quoi il croit.

    Une conclusion inattendue pour le cycle du célèbre inquisiteur, dont les aventures temporelles ont enthousiasmé des générations de lecteurs à travers le monde !

  • En 1362, L'inquisiteur Nicolas Eymerich d'Aragon enquête sur la mort mystérieuse de confrères dominicains dans le sud de la France. En se rendant dans la région de Cahors, sous occupation anglaise, il est confronté à d'étranges phénomènes : nuées d'insectes deux fois plus gros que la normale qui détruisent toutes les récoltes, réduisant les populations à la misère, murailles de brumes qui recouvrent des régions entières, moines difformes et autres maléfices que la raison a du mal expliquer. Parallèlement à cette enquête, nous suivons l'épopée de Jeanne d'Arc au début du quinzième siècle, son ascension et sa chute, ses visions parfois horribles et ses rapports avec Gilles de Rais, son compagnon d'armes aussi héroïque que pervers.

    Sur un troisième plan de réalité, se déroule la guerre qui oppose l'Euroforce et les néonazis de la RACHE de 1990 à 2068, en de terrifiantes batailles entre les Mosaïques, soldats fabriqués avec des morceaux de cadavres, et les Polyploïdes, soldats génétiquement modifiés. Mais l'arme la plus terrible est le Vortex, une station orbitale capable de manipuler les rêves et l'imaginaire de l'humanité qui gère pour le compte de l'ONU tous les réseaux oniriques satellitaires. Arme terrifiante qui devient soudain incontrôlable... À l'origine de ce chaos qui se fait échos à travers les siècles, un texte ancien, ésotérique, l'Aurora consurgens, (traité alchimique attribué à St Thomas d'Aquin, redécouvert par C.G. Jung. et traduit par Marie-Louise von Franz), d'une part, et un virus informatique intitulé Kaiser Söze (en référence au personnage du « Diable boiteux » dans le film de Bryan Singer, Usual Suspects) qui contamine le Vortex, d'autre part. Un rationalisme absolu et l'exaltation de la foi le guident et vont permettre à Eymerich de démêler les fils de l'intrigue qui relient ces trois niveaux de réalité temporelle. Il va ainsi se retrouver face à l'entité qui est à l'origine de tous ces désordres du temps et de la matière, la face obscure de l'archétype féminin, la grande dévoreuse, sans pitié et famélique, antithèse de l'image maternelle dont elle est complémentaire pour former l'éternel féminin. Ce monstre terrifiant a concocté au fil des siècles un plan totalement hérétique pour l'inquisiteur aragonais : substituer à la domination masculine un monde matriarcal impitoyable...

  • 1361. À Saragosse, quiconque entre en possession d'un mystérieux ouvrage de magie occulte est assassiné par des créatures à tête de chien. Nicolas Eymerich, inquisiteur, va devoir résoudre cette nouvelle énigme et pénétrer sur les terres de ses ennemis musulmans, dans le royaume arabe de Grenade.
    Libéria, des siècles plus tard. Des mercenaires de l'Euroforce, alliés aux chemises noires de la RACHE, provoquent l'exode massif et apocalyptique d'enfants de sable vers l'empire du Bouganda. Aux Canaries où il est exilé, le professeur Marcus Frullifer assiste à un phénomène inexplicable : chaque année, au moment de la Fête du diable, les patients de la clinique psychiatrique locale se mettent à aboyer furieusement.
    Trois intrigues et un défi : lier audacieusement l'Espagne du XIVe siècle au futur proche d'une Afrique parallèle.

  • 1341. Sur ordre secret du Pape, un groupe de cinq dominicains, se surnommant eux-mêmes le Français, le Catalan, le Castillan, l'Allemand et l'Italien, s'apprête à encourir la damnation éternelle afin de porter un coup mortel à l'ennemi héréditaire de la religion catholique.

    1369, la peste se répand sur l'Europe. L'inquisiteur Nicolas Eymerich enquête au château de Montiel où s'est réfugié Pierre le Cruel, roi de Castille, assiégé par l'armée d'Henri de Trastamare et les mercenaires de Du Guesclin. Ce château à l'architecture étrange, poisseux labyrinthe flanqué de 10 tours et d'innombrables galeries, se révèle vite être une tanière infâme où les murs tremblent, où l'impossible mosaïque humaine de villageois chrétiens, de serviteurs juifs et de soldats mahométans n'attend qu'un prétexte pour se disloquer. Jeunes enfants vidés de leur sang, apparitions démoniaques, raclements sordides sous les fondations, murs imprégnés de symboles de la kabbale: la toile des secrets s'épaissit à chaque pas. L'impénétrable inquisiteur Eymerich ne craint pas d'affronter la haine, mais peut-être craint-il son sentiment contraire, un sentiment qu'il n'ose nommer et qui l'assaille dans les tréfonds de ce château où se cache le regard serein et déterminé d'une femme juive qu'Eymerich avait, autrefois, soumise à la question.

    Hiver 1944, Le Sturmbannführer des SS Viktor von Ingolstadt, responsable de la sécurité du camp de concentration de Dora, aidé par le professeur Nitsche du bureau du T4, est sur le point de réaliser grâce aux avancées de la science un projet d'une ambition démesurée: la création du soldat allemand du futur, le guerrier parfait, réplique des chevaliers du Moyen-Âge.

    De l'Europe de la peste noire à celle de la peste brune, les temps s'entrecroisent à nouveau sous la plume acide de Valerio Evangelisti. Cette nouvelle enquête de Nicolas Eymerich porte sa quête de vérité au bord d'un abîme sans fond où enfle et remue la haine millénaire.

  • L'épitaphe de l'authentique Nicolas Eymerich, dominicain nommé Inquisiteur Général d'Aragon en 1357, évoque sa personnalité: «prédicateur de la vérité, inquisiteur intrépide, docteur de premier ordre».

    Dans la seconde moitié du XIVe siècle, le Grand Inquisiteur Nicolas Eymerich conduit une expédition en Savoie afin d'enquêter sur une improbable résurgence de l'hérésie cathare. Celle-ci, située dans un cadre historique minutieux, laisse apparaître petit à petit des aberrations qui trouveront des échos à différentes époques. Pourrait-il exister un lien entre l'expédition d'Eymerich en 1365 et un trafic d'organes au Guatemala dans la seconde moitié du XXe siècle? Ou avec des recherches en génétique conduites par la Rache, organisation eugéniste et survivance du cauchemar hitlérien? Et si ce lien existait, quelle en serait l'incroyable nature?

    Seule la main de fer d'Eymerich pourra dénouer un à un les fils de cet écheveau diabolique et libérer la vérité de ses chaînes, si étroitement emmêlées à travers les siècles. Dans cet entrelacs remarquable de coïncidences entre passé et futur se dessine une vision de notre monde où les hommes n'ont rien à envier aux démons en matière de férocité.

    Avec cette deuxième aventure d'Eymerich, Valerio Evangelisti enjambe à nouveau les siècles. Suivant le fil d'une intrigue particulièrement tortueuse, menée comme dans le premier volume sur trois époques fort éloignées, il revisite une question des plus anciennes: que feraient les hommes d'un pouvoir qui les place entre les démons et les dieux?

  • Au Moyen-Âge, dans le temps de la vie historique de Nicolas, nous sommes en 1360, et des rumeurs d'événements impossibles et horrifiants dans le Quercy (Rocamadour) amènent l'inquisiteur à quitter la cité papale d'Avignon pour un périple en Occitanie centrale (Castres, Albi, Figeac...).
    En même temps, à une autre époque - passages titrés "Tempo zero" - un curieux assortiment de personnages se débat dans une bourgade non-nommée du Frioul, dont les rues s'ordonnent suivant un curieux plan géométrique (et géomancien ?) autour de l'église contenant les reliques de Saint Mauvais (le lecteur comprendra assez vite que ce saint, qui doit protéger les croyants, n'est autre qu'Eymerich lui-même, devenu icône de terreur sacrée).
    On trouve donc dans la bourgade un inspecteur, Dentice, dont la mission peu claire est de toute façon entravée par l'administration locale et reléguée au second plan par les stigmates dont il est affligé. Une jeune femme, Roberta Hu, avec sa petite soeur, Ariel. Et trois jésuites, chargés d'enquêter sur la disparition d'un membre de leur ordre.
    Les lésions de Dentice, les apparitions qui terrorisent Roberta, tout cela est lié à un réseau de correspondances entre la ville et un autre monde encore, le Cherudek, où Eymerich et d'autres inquisiteurs mènent leurs interrogatoires avec la brutalité que l'on associe désormais à l'Inquisition, mais qui n'était pas toujours de mise au XIVe siècle.
    Cherudek, le cinquième épisode de la série des aventures de Nicolas Eymerich, est le livre le plus long et un des plus aboutis de la série. En vrai roman de fantastique, il place le coeur de son action dans les cauchemars de l'humanité entière.

  • Barcelone, 1372. le grand inquisiteur du royaume d'Aragon se lance dans ce qu'il pressent être sa dernière aventure. Nicolas Eymerich va enquêter sur la mort de Ramón de Tárrega en laquelle il ne croit pas, et suivre la piste de son ennemi en Sardaigne puis en Sicile, jusqu'à Naples. Tout au long de son périple, il va être confronté à d'étranges disques lumineux qui apparaissent dans le ciel, d'horribles foetus démembrés et de quelques fantômes aux silhouettes non étrangères... Quelle origine commune à tous ces phénomènes ? La pratique de l'art alchimique ? Le Liber Aneguemis, un livre dont la possession est un péché mortel ? Secrètement, le récit se divise en cinq parties qui correspondent aux cinq phases du processus alchimique et leurs couleurs associées : nigredo (noir), albedo (blanc), citinitras (jaune), rubedo (rouge) cinquième essence (sans couleur mais symbolisée par l'or). Puzzle qui ne révèle sa véritable apparence qu'une fois achevé, ce dernier opus prend également parfaitement sa place à la fin du cycle et permet d'apprécier la structure de l'ensemble sous un nouvel éclairage qui irait de l'enfance d'Eymerich jusqu'à la fin de sa vie. Un tour de force et probablement l'une des meilleures aventures du cycle.

  • Pour sa troisième aventure, Nicolas Eymerich, inquisiteur d'Aragon, se rend à Castres, en 1358, pour enquêter sur la secte des masc buveurs de sang. Il y rencontrera également quelques cathares, et ceux qui ont lu Les Chaînes d'Eymerich se réjouiront d'apprendre comment il a gagné son surnom de Saint Mauvais. Parallèlement, au XXe siècle, un savant fou propose à diverses factions extrémistes Ku Klux Klan, OAS, etc. de propager une maladie mortelle pour les gens de couleur, l'anémie falciforme, qui a pour conséquence une gigantesque hémorragie de tous les vaisseaux sanguins.

    Sur cette base peu ragoûtante, Valerio Evangelisti a construit un roman d'horreur et de suspense plutôt enlevé et dynamique. Tout va très vite dans cee histoire, où le roman policier médiéval se taille la part du lion par rapport à la S-F réduite ici à la portion congrue sauf dans les dernières pages où elle revient en force. Outre une documentation historique toujours impressionnante, on retiendra notamment la frappante description de Castres, avec ses murs rougis par la teinture de garance, et quelques affreux personnages au côté desquels Eymerich finirait par paraître presque sympathique. L'intérêt principal du livre est d'ailleurs le développement de la personnalité de l'inquisiteur, qui révèle ici des aspects insoupçonnés, et notamment une propension à la pitié dont on ne se serait pas douté au vu des épisodes précédents une propension, toute relative, et qui ne l'empêchera pas de jouer du briquet au détriment des hérétiques.

  • Milieu du XXème siècle. Menant un combat acharné contre le conformisme académique, le psychanalyste Wilhelm Reich démontre l'existence d'une force issue de la libido : l'énergie orgonique.

    1365. Alors qu'il accompagne contre son gré le roi Pierre IV en Sardaigne, l'inquisiteur Eymerich se retrouve aux prises avec de tortueux complots royaux et doit enquêter au coeur d'un très ancien culte païen.

    Un proche avenir. La mort rouge a ravagé la planète. Au sein des fédérations de fortune constituant l'Amérique, tout contact entre hommes et femmes est formellement prohibé.

    Les mystères et les cauchemars interfèrent, temps et espace vacillent, alors que Nicolas Eymerich se dresse contre les ennemis de l'Ordre et de la Foi.

    Ce quatrième volume des aventures d'Eymerich marque une étape importante dans la série. Plus long, plus complexe, il commence à dévoiler le projet global d'Evangelisti. Le schéma général de l'histoire du futur « évangélique » se met en place, et il est frappant de constater combien cet avenir dystopique plonge ses racines dans le passé, et plus précisément à l'époque d'Eymerich.
    Toutes les époques possèdent leurs inquisiteurs !

    Et pour ceux qui ignorent encore tout du redoutable dominicain, cette histoire d'horreur aux accents quasiment lovecraftiens constitue une excellente entrée en matière.

  • 1366 : Amédée de Savoie, le Comte Vert, décide de lancer une croisade pour porter secours à l'empire byzantin réduit à Constantinople et sa banlieue sous les coups répétés des turcs.
    Chassé du royaume d'Aragon où il était inquisiteur général, Eymerich se rend à Padoue à l'assemblée du chapitre dominicain. Il y fait la rencontre du poète Pétrarque, inspirateur d'un tableau étrange et maléfique qui le conduit jusqu'à Constantinople, droit au coeur d'un empire byzantin en pleine décadence et menacé de surcroît par d'inquiétants phénomènes.
    Des monstres marins gigantesques surgissent tous les matins en hurlant de façon obsédante « Mumias ! Mumias ! Mumias ! ». On entend battre dans l'inextricable réseau de souterrains le coeur de foetus géants. Que penser des cortèges de religieuses engrossées qui entonnent en boucle un vers de Dante que personne n'a jamais réussi à déchiffrer ? Et toutes ces plumes qu'Eymerich remarque un peu partout, dans le palais et dans les souterrains... Sont-elles tombées des ailes d'un ange, ou bien d'un démon qui aurait usurpé son identité ?

    L'inquisiteur va devoir résoudre un double mystère. Celui de l'existence de géants qui seraient enfantés selon la Bible « entre des démons et des filles d'hommes », et celui encore plus inquiétant de la toile universelle où chaque geste aurait un écho dans l'espace et dans le temps.

    La solution est-elle uniquement dans les souterrains de Constantinople ? Ou, par delà les siècles, dans la guerre apocalyptique qui se déroule en Irak entre des soldats qui n'ont plus rien d'humain ? Ou bien encore entre les mains de Frullifer, l'inventeur du voyage psytronique, qui envisage de faire exploser Bételgeuse ?

    Valerio Evangelisti offre dans cet opus une réflexion étendue des chocs des civilisations et les querelles de religions sur fond de manipulation politique. Nicolas Eymerich mène une nouvelle enquête particulièrement délirante (imaginez Sherlock sous acide) afin de démasquer le péché le plus monstrueux dont l'être humain s'est jamais rendu coupable.

empty